Tarte légère et savoureuse....

Publié le par chari.vari.over-blog.com

  Tarte.jpg

 

Liminaire

Cette pâtisserie, s’érige en apogée d'esculence tant le goût, la texture, la couleur ambrée, les mariages des saveurs et les parfums se marient à l'envie. Simplicité quasi biblique à ne pas manquer. Nul besoin d’un tour de main qu’on demande aux futurs apprentis pâtissiers du Plazza Athénée pour réussir cette petite merveille. Il faut seulement un peut de goût, ce qui n’est pas donner à tout le monde en ce bas monde, même s’il est perfectible. 

 

Ingrédients

 

Les proportions dépendent évidemment de la taille du moule. L'idéal serait, puisque l'on approche des sommets gastronomiques, d’utiliser un moule à tarte à bord élevé, nous verrons la raison plus avant. Disons qu’un beau moule de 30 cm et d’une épaisseur de 5 cm serait ce qui convient le mieux. Cependant s’il manque quelques millimètres, ne prenez pas la voiture pour aller au supermarché du coin au risque d’avoir un accident en route tant vous seriez pressé de réaliser ce met.  

 

  • 100 gr de sucre en poudre
  • 2 sachets de sucre vanillé
  • 250 gr de beurre
  • 150 gr de farine tamisée
  • 10 gr de sel
  • 1 demi-verre d’eau froide
  • 6 à 8 pommes un peu acides de préférence.
  • 100 gr d’amandes effilées.
  • Le jus d’un demi citron jaune (Vert n’est pas ce qui convient)

 

Préparation

 

  • Faire préchauffer le four à 200°.
  • Préparer la pâte avec 150 gr de beurre, 150 gr de farine, sel, eau.
  • Faire une belle pâte. La laisser reposer une heure.
  • Eplucher les pommes, les couper en 8 morceaux, pas plus, pas moins et les mélanger aux amandes avec un trait de citron pour éviter qu’elles brunissent.
  • Dans le moule, étaler au fond 100 gr de sucre en poudre, 100 gr de beurre en petits morceaux ou en bandes, verser dessus les pommes et les amandes bien régulièrement étalées.
  • Etaler la pâte finement et régulièrement pour obtenir un diamètre supérieur de deux centimètres au diamètre du moule. Poser la pâte sur les pommes.
  • Replier les bords de la pâte comme on borde un lit (d’une ou deux personnes cela n’a pas vraiment d’importance. Si vous tenez à ce que ce soit un lit à deux places, très bien, c’est votre affaire!)
  • Rester calme.
  • Enfourner la préparation en ramenant la température du four à 185°.  (Evidemment que c’est la température de votre four, enfin !).  
  • Laisser cuire de 30 à 45 minutes. La pâte doit être croustillante. Quant au caramel, il doit être bien formé et bouillonner agréablement au bord du moule.
  • Sans se départir de sa prudente réserve, sortir la préparation du four (sinon à quoi bon faire une tarte !) et la renverser immédiatement sur un plat plat (remarque : Si vous tenez à la renverser sur un plat creux, soit ! Mais quel esprit de contradiction n’avez-vous pas ?).
  • Récupérer les éventuels morceaux de pommes restés collés au fond du moule. Saupoudrer de sucre vanillé mais pas trop.
  • Lisser les pommes cuites à l’aide d’un brûle crème renversé ou d’une spatule passée au feu qui aura pour effet de glacer le dessus en ajoutant un léger parfum de caramel. Laisser refroidir à température ambiante ou au frigo.

 

A table !

 

Déguster la tarte quand elle est froide. Au sujet de tarte froide ou chaude, voici mon point de vue. Consommer des pâtisseries chaudes est, me semble-t-il, une aberration gastronomique pour ne pas dire une faute de goût impardonnable. Résolument non, trois fois non ! Les gâteaux doivent être froids voir-même très froids comme il est tout autant inutile de servir cette tarte avec une boule de glace ou un trait de chantilly, pas mauvais en soi, certes, mais qui n’ont rien à faire ici.  

Si le dîner est un tête-à-tête amoureux alors, il conviendra de se tenir léger car trop de tarte rend tarte, et rends les chairs molles, ce qui serait une catastrophe dès lors que l’objectif ne peut plus être atteint (pas comme la tarte du même nom). En famille, elle remplacera avantageusement le traditionnel, incontournable et étouffant gâteau au chocolat toujours trop cuit qui participe à la surcharge pondérale par un apport inutile de gras et de sucre à la fin d’un repas où l’on a plus envie d’aller se balader à la plage ou en forêt que de se goinfrer d’un machin bourratif uniquement pour faire plaisir à la maîtresse de maison, fût-elle gentille !

Au petit déjeuner, pour peu qu’il soit pris à deux dans un lit  complètement sans dessus-dessous, cette tarte est encore meilleure. La suite n’est pas écrite….

 

Commenter cet article